Vaste sourire

Qui remonte des profondeurs

Et vient mourir

Au creux des labiales rondeurs,

 

 

Discrètement,

Puisque le coeur en est la source,

Qui dans sa course

Répand un tel bien-être aimant !

 

 

Comme on voudrait

Que de proche en proche il atteigne

L'étrange règne

De l'existence et fausse et vraie !

 

 

Instant de grâce

Dans l'épaisseur de l'inconscient,

Qui nulle trace

Ne laisse, et par degrés descend !...

 

 

Mais il faut croire

Et persévérer dans sa voie,

Avec l'espoir

Qu'un jour on l'entende et le voie,

 

 

À tout instant :

Gageure incroyable, et pourtant,

Que l'amour porte

De tous ses sens, ouvrant des portes

 

 

Inouïes et brèves,

Mais dont la fréquence s'allonge !

N'est-ce qu'un songe

Ou la réalité d'un rêve ?...